Les signes évocateurs d’un syndrome d’apnées du sommeil

Contenu publié le : 25 janvier 2009 et modifié le: 18 avril 2009

Bien souvent c’est l’entourage qui s’inquiète. Le conjoint, les proches, les soignants (quand la personne est hospitalisée) constatent que la personne présente au cours du sommeil :

  • Un ronflement bruyant ;
  • Des pauses respiratoires ;
  • Des réveils nocturnes avec une sensation d’étouffement ;
  • Des changements répétés de position dans le lit.

La personne elle-même ne se rend pas compte qu’elle fait des apnées du sommeil. La plupart du temps, elle n’a même pas conscience de ronfler. En revanche, elle perçoit un certain nombre de signes qui ne sont pas spécifiques au syndrome d’apnées, mais, lorsqu’ils sont présents, doivent faire rechercher ce diagnostic.

  • Des maux de tête ou une fatigue au réveil.
  • Des sueurs nocturnes.
  • Des levers dans la nuit pour uriner.
  • Une impuissance ou une baisse de la libido.
  • Une somnolence diurne lors de situations courantes et monotones de la vie quotidienne.
  • Des troubles de la concentration ou de la mémoire.
  • Une irritabilité ou parfois une dépression.

Le ronflement et les arrêts respiratoires sont les signes les plus évocateurs pour le diagnostic, mais l’association de plusieurs signes à la sensation d’un sommeil non reposant nécessite une consultation médicale spécialisée. La présence d’apnées sera alors vérifiée grâce à un enregistrement du sommeil. Il déterminera l’index d’apnées et d’hypopnées (nombre d’événements respiratoires par heure de sommeil) et précisera leur sévérité.

precedent suivant

A lire dans la rubrique : Les signes évocateurs d’un syndrome d’apnées du sommeil

Partagez ce contenu :