Bon ou mauvais dormeur ?

Contenu publié le : 5 janvier 2009 et modifié le: 18 avril 2009

Bien dormir n’est pas donné à tout le monde. Certains sont de « bons dormeurs », d’autres de « mauvais dormeurs » constitutionnels.

Aux premiers, le privilège de dormir en toutes circonstances : en camping sur un sol dur et inégal, après un repas bien copieux et arrosé, dans une atmosphère bruyante… Rien ne semble les gêner ! Sauf que cet état de grâce peut ne pas durer toujours, en particulier après un coup dur dont la vie a le secret et qui donne au dormeur une fragilité qu’il ne connaissait pas. L’âge a également cette propriété de rendre le sommeil plus léger.

Le mauvais dormeur, lui, sait que tout changement, tout événement inattendu, tout écart de régime est l’occasion d’une mauvaise nuit. Ce n’est pas pour autant un insomniaque, mais il doit faire avec cette excessive réactivité de son sommeil.

precedent suivant
Partagez ce contenu :