À chacun son sommeil

Contenu publié le : 5 janvier 2009 et modifié le: 14 janvier 2017

Nous nous endormons chaque soir à peu près à la même heure et nous nous réveillons le lendemain également à peu près à la même heure, car notre rythme de sommeil est régulé par le cerveau qui contient de véritables horloges situées dans l’hypothalamus. Il s’accompagne d’une mise au repos du corps alors que le cerveau présente une activité électro-physiologique différente de celle de l’éveil.

Des besoins de sommeil différents

La durée idéale du sommeil est extrêmement variable d’un individu à l’autre. Certains sont de longs dormeurs avec des besoins de sommeil de 9 heures ou plus (jusqu’à 12h par nuit !), d’autres sont des courts dormeurs ayant besoin de moins de 6 heures. Le record dans ce domaine est détenu par un Australien qui dort 3h30 par nuit. Finalement, la durée de sommeil dont on a besoin est celle avec laquelle on fonctionne bien le lendemain. À vous de trouver la vôtre.

 

Du soir ou du matin

Nous avons tous des horaires de sommeil privilégiés. Certains se couchent très tard, au-delà de 1 heure du matin, d’autres très tôt, avant 21 heures. Ces deux extrêmes ne représentent que 5 à 6 % de la population. Entre les deux, la plus grande partie de la population est constituée par des personnes qui ont certes des préférences horaires, mais pour lesquelles il existe des possibilités d’adaptation aux horaires imposés par la vie en société.

 

Effets de l’âge

Le sommeil se modifie avec l’âge. Chez la personne âgée le sommeil est globalement plus léger avec une augmentation des stades N1 et N2 et une diminution du sommeil profond (stade N3). L’endormissement survient habituellement plus tôt, avec un réveil habituellement plus précoce que les personnes plus jeunes. Le sommeil prend un aspect polyphasique, morcelé la nuit, avec une à plusieurs siestes le jour.

precedent suivant
Partagez ce contenu :