Les conséquences

Contenu publié le : 24 janvier 2009 et modifié le: 28 juillet 2016

Le SJSR est une maladie chronique. Sa gravité est liée avant tout aux retentissements sur la qualité de vie des personnes qui en souffrent mais aussi de leurs compagnons.

Pas de repos possible !
Le syndrome des jambes sans repos est responsable d’une désorganisation et d’une fragmentation du sommeil, qui peut engendrer une somnolence dans la journée. En effet, il peut provoquer des micro-éveils et entraîner des insomnies importantes et engendrer ainsi une fatigue chronique, un manque de concentration, une irritabilité voire un syndrome dépressif.
La gêne nocturne peut être majeure obligeant le patient à déambuler une partie de la nuit… Les fameux « Nightwalkers » que l’on voit se promener la nuit.
La qualité de vie de ceux atteint du SJRS est très perturbée.
Les impatiences peuvent gêner les longs trajets en voiture ou en avion et amènent parfois à éviter les situations où il est difficile de bouger (spectacles, conférences, cinéma…).

Ça peut devenir aussi un enfer pour le conjoint !
En dehors de la flexion des orteils qui remontent vers le pied, parfois le pied se redresse sur la jambe et la jambe se plie brutalement sous la cuisse. Le mouvement s’exécute d’un côté mais parfois des deux ! Et se reproduit comme un métronome toutes les 20 à 40 secondes, avec des crises qui peuvent durer de 5 à 20 minutes et plusieurs fois dans la nuit.

Partagez ce contenu :